Naissance

Le reflet des étoiles sur un lac d’altitude
Le sourire de la lune entre deux bras de brume
Le noir incandescent d’une nuit en forêt
Une femme qui s’étend au torrent déchaîné

J’écris parce que je t’aime
Et tu me donnes la force
Par-delà toute souffrance
D’aimer la vie avec tant de grâce
Qu’elle nous donne naissance

La prière d’un violon dans une ferme isolée
La chanson de la source fredonnée d’un rocher
Le fracas du tonnerre dans la chaleur d’enfance
Ce cri qui sort de chair vibrant de délivrance

Je tremble parce que je t’aime…

La chaleur du troupeau sous la voûte de pierre
L’odeur grise du piano dans son bois centenaire
La pain qui se répand dans la cuisine embaumée
Le parfum de l’enfant contre ton sein gonflé

Je pleure parce que je t’aime

La caresse de l’eau dans les criques d’avril
La douceur de ta peau sur ma peau juvénile
La fraîcheur de la pierre d’un ami qui repose
Et dans ma main de chair cette petite main rose

Je chante parce que je t’aime…

Je chante parce que je t’aime
Et tu me donnes la grâce
De vivre avec tant d’espérance
Que ce soir je crie de toutes mes forces
Aux lacs, aux nuages, aux forêts et à la lune,
Aux étoiles, aux orages, aux torrents et aux dunes,
Aux fleurs, aux plages et à toutes les sources de beauté
L’infinie tendresse d’aimer et d’enfanter

Publicités