Public

Touchée… mais je flotte, de la pointe des pieds sur les notes, je monte encore plus haut… avec les mots qui comme des ronds dans l’eau me font tourner la tête me retournent le coeur au dedans la tempête

Touchée… mais je nage dans la joie naïve d’une heure sur cette plage d’une pause sur la rive à me faire triturer le coeur aussi l’âme à me faire tirer les larmes en douceur

Touchée… mais je coule de bas en haut dans les nuages déjà loin la foule dans le lac ce mirage d’un piano sur l’eau en lui rien sage et tellement de beau

Touchée….

Delphine, lac de Pelleautier

 

 

La chanson c’est cet espace de liberté, de puissance, où nous devenons passeur, où la musique nous traverse, et si on la laisse faire, elle traverse aussi les autres.

Puis après, le silence, le sentiment d’être vidé, mais nettoyé et plein d’amour, donné et reçu. Je ne veux pas attendre pour te dire ce que j’ai reçu hier : du beau, du vrai surtout, de la puissance et de l’impuissance à repousser toujours les limites, de la douleur aussi dans les tripes par ta voix qui touche et triture tout ce qui est là, qui guette, qui cherche à sortir mais ne le peut pas, pas tout de suite, pas trop vite, pas trop fort, parce qu’explosion et alors errance…

Alors oui du beau, mais pas très apaisant!
C’est comme un rappel de ce qui nous habite, les rêves, tout ce qu’on sait intimement pouvoir être, et qu’on doit encore, et toujours chercher…
alors oui c’est bouleversant aussi de t’entendre, mais tellement vrai, que par amour pour ce qui est vrai, je suis profondément heureuse de t’avoir entendu.
j’ai lu tout ton livre – cd… quelle histoire! et bien des richesses.
Christine, Grenoble.

 

Voilà que seulement je me pose pour te remercier de ces voyages où tu nous emmènes. Ce qui va être terrible pour toi, c’est qu’on va en redemander…

J’ai vraiment beaucoup aimé ton texte « j’attends le jour ».
Donne-nous encore des rêves et des voyages.
Marie-Christine, Villard-de-Lans 13 mars 2010

Bon en tout cas, je suis claqué aujourd’hui … Mais qu’est-ce que c’était cool hier soir au Limonaire.

Explosive représentation oscillante de rires et de larmes.
« C’était drôle mais pas drôle » comme t’a dit le monsieur.
Mais ça donne une forme polymorphe, parfaite pour un lundi matin glacé fait de souvenirs chaleureux.
Seb de l’Essonne

 

Philippe est un artiste authentique, avec une personnalité généreuse, poétique, engagé par sa parole et physiquement sur scène.
J’ai pensé à la fois à François Villon et à Léo Ferré. Il a un ton et du style ! Bravo à lui!
Yolande

 

Oui j’ai frissonné à certains moments, me sentant destinataire de tes confidences, partageant ta sensibilité à fleur de peau, entre coups de gueule et désirs susurrés ; un très chouette panachage de compassion, de contestations et de dérisions pleines d’humour.

Elizabeth

Publicités